Archives de Tag: OPAC

Toulouse : un modèle de bibliothèque 2.0

Logo BM Toulouse

Le réseau des bibliothèques municipales de Toulouse est un modèle de l’utilisation et la valorisation des outils du web 2.0.

Une rubrique spéciale leur est dédiée sur la page “Services en ligne” et offre aux utilisateurs des possibilités bien au-delà du gadget.

  • Possibilité de s’abonner aux flux RSS et à la newsletter du site web de la bibliothèque
  • Mise à disposition de widgets permettant  d’accéder à un « module de recherche » dans le catalogue de la bibliothèque sur une  page Netvibes personnalisée, Facebook, Myspace ou Igoogle
  • On trouve enfin un lien pour l’installation de plug-in permettant d’intégrer le catalogue de la Bibliothèque de Toulouse – dans l’outil de recherche intégré à Firefox ou Internet Explorer. Celui-ci permet de rebondir directement depuis Google ou Amazon vers le catalogue de la bibliothèque.

Ces outils permettent un réel gain de temps et ont été conçus et proposés en tenant compte de l’utilisateur final : les mini-tutoriels, “Qu’est-ce qu’un widget ?” et “Qu’est-ce qu’un plug-in?” seront appréciés par l’utilisateur peu expérimenté.

A visiter également, le blog de la bibliotheque « Blog à part” qui offre également un abonnement aux fils RSS des billets ou des commentaires.

A noter enfin, la présence de la bibliotheque sur les plateformes majeures du web 2.0 :

  • sur Myspace : cet espace a pour vocation de promouvoir des nouveautés musicales en particulier issues de la scène toulousaine. C’est aussi l’occasion pour les bibliothécaires de faire connaître le fonds et les services offerts par la section discothèque de la bibliothèque.
  • sur Flickr : la bibliothèque a souhaité proposer aux internautes une sélection d’images provenant du fond Trutat : 5 000 photographies anciennes sur plaques de verre. Cette collection appartient au domaine public : les internautes peuvent donc librement copier ou télécharger les images de leur choix. Ils pourront également partager leurs connaissances et enrichir les légendes de ces photographies par des commentaires utiles.

Poster un commentaire

Classé dans Modèles de bibliothèques 2.0

Bibli.othequ.es : les bibliothèques proches de chez vous à portée de clic

Face au développement des catalogues de bibliothèques sur Internet, un jeune informaticien a eu l’idée de créer un SUDOC (Service Universitaire de Documentation) des bibliothèques publiques. C’est Bibliobsession qui en parle ici.

Les bibliothèques près de chez vous

L’idée est simple : proposer un service de recherche simple et commun à toutes les bibliothèques proche de chez vous (bibliothèques municipales, universitaires, associatives…). Ainsi, plus besoin d’effectuer plusieurs recherches sur différents catalogues, que le créateur de ce projet trouve « très peu agréables à utiliser ».

Voilà ce que ça donne.

Comment ça marche ?

Les bibliothèques souhaitant participer à ce projet doivent permettre l’interrogation de leur catalogue par des API (application programming interface, en français interface de programmation applicative) ou standards reconnus, comme Z39-50.

L’usager se rend sur le site et sélectionne les bibliothèques de son choix parmi celles qui mettent leur catalogue à disposition. Il installe ensuite sur son ordinateur un plug-in (Greasemonkey sur Firefox et Explorer, Greasekit sur Safari), puis télécharge le plug-in des bibliothèques.

C’est fait ! En surfant sur vos sites de vente de livres habituels (alapage, amazon, fnac, chapitre), vous serez automatiquement averti de la disponibilité ou non de l’ouvrage dans les bibliothèques que vous avez sélectionné.

found Cette icône s’affiche lorsque le livre est disponible…

not-found … et celle-ci lorsqu’il ne l’est pas !

Vous saurez alors si le livre que vous convoitez est disponible dans votre bibliothèque ou non.

Simple comme un clic, non ?

1 commentaire

Classé dans Les outils spécifiques aux bibliothèques

Les bibliothèques italiennes et le web 2.0

Conférence Web 2.0 et bibliothèques

En mars dernier à eu lieu à Rome une conférence ayant pour sujet le web 2.0 et les bibliothèques, preuve que ce sujet n’est pas limité à la France.

En introduction, la directrice de la bibliothèque de La Sapienza à Rome a fait un bref retour sur l’historique du web 2.0. Selon elle, adopter les technologies du web 2.0 peut permettre aux bibliothèques d’avoir les clés rapides et immédiates pour l’accès au contenu de la bibliothèque. Cela crée également une forte valeur ajoutée pour ces dernières.

L’apparition du web 2.0 en Italie

C’est en 2005 que seraient nés les premiers usages du web 2.0 dans les bibliothèques italiennes, et que serait apparu le terme de bibliothèque 2.0. A partir de là ces outils se sont développés et sont devenus des thèmes récurrents dans les revues spécialisées (Biblioteche Oggi, Biblionline, Proceedings CNBA). Le point culminant de cette ouverture des bibliothèques aux web 2.0 et à ses technologies aurait été représenté par l’édition 2009 du Convegno delle Stelline, »Il mondo in biblioteca / la biblioteca nel mondo. Verso l’internazionalizzazione del servizio e della professione” (le monde dans la bibliothèque / la bibliothèque dans le monde. Vers l’internationalisation du service et de la profession).

Un programme intitulé « 23 library things »  comprend 23 modules à suivre sur 9 semaines. Ces mesures ont été prises pour former les bibliothécaires italiens à ces divers outils : Youtube, Podcast, Flickr, Slideshare, Facebook, des wikis, blogs… en bref, à tous les outils sociaux.

Qu’en est-il du web 2.0 dans les bibliothèques italiennes ?

Un questionnaire sur l’utilisation des outils 2.0 avait été distribué dans les bibliothèques italiennes ;  les résultats ont été communiqués lors de cette conférence. Selon les réponses de 148 établissements, les instruments les plus utiles et les plus fréquemment utilisés sont les blogs, les wikis, et les fils RSS.

Parmi les raisons qui empêchent les bibliothécaires d’utiliser ces outils figure en première position le manque d’intérêt des dirigeants et supérieurs, ainsi que le manque de temps à consacrer à l’apprentissage de ces nouvelles technologies.

Le thème suivant portait sur l’avenir des catalogues des bibliothèques. Il en est ressorti l’idée que les bibliothèques italiennes ne doivent pas rester fermées aux nouveaux OPAC, car cela leur nuirait. Elles sont d’ailleurs assez peu avancées dans ce domaine, et ont donc des efforts à faire dans ce sens.

Pleiadi

Un exemple d’utilisation des outils 2.0 est celui de Pleiadi (Portale per la Letteratura scientifica Elettronica Italiana su Archivi aperti e Depositi Istituzionali : portail pour la littérature scientifique électronique italienne sur les archives ouvertes et les dépôts institutionnels). Sur le site sont agrégés des contenus de sites différents grâce à des widgets et à des techniques de mashup. Pleiadi possède également une application sur facebook grâce à laquelle il est possible de faire des recherches dans le catalogue.

Le web 2.0 comme outil pour démocratiser les bibliothèques ?

D’après une enquête d’OCLC (Online Computer Library Center) réalisée entre 2005 et 2007, les usagers des bibliothèques italiennes les considérent comme des lieux plutôt lointains, liés aux obligations scolaires ; ils privilègent le web afin d’effectuer leurs recherches. Seulement 1% des usagers commencent une recherche sur le site d’une bibliothèque, contre 84% qui l’initient sur internet.

A une époque où les bibliothèques ne sont plus les uniques détentrices de l’information, repenser leurs rôles s’impose. C’est ce à soit désirent s’atteler les bibliothèques italiennes aujourd’hui., notamment grâce aux outils 2.0.

Poster un commentaire

Classé dans Les outils spécifiques aux bibliothèques

Les OPAC 2.0

Dans les bibliothèques publiques se développe actuellement une catégorie de catalogues de recherche nouvelle génération : les OPAC 2.0.

Qu’est ce qu’un OPAC ?

Un OPAC (Open Access Online Catalog) est un catalogue de bibliothèque en ligne, proposant diverses fonctionnalités, dont la principale est d’effectuer des recherches de documents dans les fonds de l’établissement. On peut également trouver, entre autres, des systèmes de réservation en ligne ou des services de questions-réponses.

Pour un exemple d’OPAC « traditionnel », regardez .

Les OPAC 2.0 : des OPAC sociaux

Les OPAC 2.0, proposent, en plus de celles-ci, des fonctionnalités supplémentaires.

Les usagers ont la possibilité de contribuer à l’enrichissement de ces catalogues, en ajoutant par exemple des commentaires sur les ouvrages qu’ils ont lu. Ils sont donc davantage impliqués dans la vie de la bibliothèque, ont la possibilité d’échanger entre eux, ainsi qu’avec les bibliothécaires. Les notices bibliographiques des documents sont enrichies par des images, par la couverture du livre, voire par de larges extraits.

Selon Marc Maisonneuve, ces nouveaux OPAC ont des caractéristiques légèrement différentes des OPAC 1.0 : tout d’abord, pour être efficace, l’interface « web 2.0 » doit être gérée indépendamment de celle du SIGB (système intégré de gestion de bibliothèque). Des mises à jour, parfois complexes, doivent donc être régulièrement effectuées.

Mais c’est surtout dans les fonctionnalités de recherche et d’affichage des données que ces nouveaux OPAC se différencient de leurs prédecesseurs.

Ainsi, les recherches « à la google » sont privilégiées, le silence dans les réponses est exclu.

Ces nouveaux OPAC sont amenés à se développer davantage dans le futur proche, ce qui est une bonne nouvelle pour les usagers qui se trouvent alors acteurs de la bibliothèque.

logo babelthèqueUn OPAC 2.0 : Babelthèque

Babelthèque est un OPAC 2.0 édité par la société Babelio.

Babelthèque propose, entre autres fonctionnalités, la citation et l’ajout de critiques ou de commentaires sur le document, des étiquettes navigables de classement, et la notation par les lecteurs. Vous pouvez voir à quoi ça ressemble sur le site de la médiathèque de Toulouse, et sur ce slide.

Babelthèque permet également aux bibliothèques d’enrichir leur catalogue et leur site en important le contenu produit par les membres de la communauté de lecteurs Babelio.

logo-libfly Libfly

Libfly est lui aussi un OPAC 2.0. Le Bulletin des Bibliothèques de France en parle ici.

Au-delà de l’aspect communautaire de ce portail, comme des autres OPAC 2.0 dont nous avons déjà parlé, Libfly a des fonctionnalités en plus : il aide à repérer les livres en bibliothèque ou en librairie à côté de chez soi. L’internaute peu également créer des listes de lecture et proposer ses ouvrages au prêt. Un blog en parle ici.

AFI-OPAC 2.0 : un portail communautaire

Des logiciels destinés à créer des OPAC 2.0 sont à disposition sur le Web, à l’image du portail communautaire AFI-OPAC.

logo AFI OPAC.png

AFI-OPAC est un logiciel libre à destination des bibliothèques et des centres de documentation. Il permet aux établissements de mettre en place simplement un portail communautaire basé sur les fonds de la bibliothèques, ainsi que sur ses usagers. Ces derniers peuvent ainsi enrichir le fond du catalogue, qui est également agrémenté automatiquement par des moteurs moissonnant en continu le web.

AFI-OPAC propose entre autres d’enrichir automatiquement les notices de documents sonores ou vidéo avec les extraits Amazon, les bandes-annonces et les photographies de cinefil.com. Il  permet également aux usagers et bibliothécaires de commenter des ouvrages.

Pour voir de quelle manière fonctionne API-OPAC, vous pouvez aller sur le site de la médiathèque de Yerres et sur celui de la médiathèque de Bourg-la Reine.

Poster un commentaire

Classé dans Les outils spécifiques aux bibliothèques